lundi 6 octobre 2014

La vie !

La bande son déprimante du jour vous est à nouveau offerte par Zazie mais avec des très belles images :)





.2015.

Jamais je n'ai autant eu envie de découvrir une année comme celle-ci.

Pour moi cela symbolise la page blanche, le recommencement, le Clément 2.0
Une nouvelle vie tout simplement.

Comme j'ai envie d'en profiter.
Comme j'ai envie de refaire toutes ces petites choses insignifiantes de la vie.
Ces petits plaisirs comme une balade sans but, un restaurant au débotté, un mini projet à construire.
Ou tout connement, prendre un métro, me faire 9 stations et aller à un marché de Villeurbanne (il doit y en avoir 45 plus proches) pour aller me chercher des M'Semen un samedi pour un super petit dej/brunch !

Aller boire un verre sur une péniche, ou au dernier étage d'un hôtel.
Sortir une chemise et des plus beaux souliers pour une soirée plus élaborée.
Prendre un TGV pour retourner sur Nantes, Paris...

En fait tout plein de choses que je ne peux pas faire.

Vous qui me lisez, à nouveau vous pouvez pensez que ce n'est pas grand chose, que "allez mon grand ça va vite se passer", que je reverrais ça bientôt. Et vous auriez raison !
Mais quelle "torture" d'être privé de tout ça pendant plus de 3 mois.

Que c'est chiant de devoir tout calculer, se demander si je pourrai marcher suffisamment pour faire telle ou telle chose.
Alors à ma première inter cure (entre les deux grosses) j'ai vu que la première semaine, mais même pas en rêve ! Alors qu'en deuxième semaine, j'ai repris du poil de la bête et j'ai pu re goûter à quelques un de ces petits plaisirs.
Mais là, maintenant que ça cogne sec, est ce que la prochaine séquence de repos à l'appart me permettra de profiter d'une deuxième semaine plus soft ?
Je n'en sais rien mais du coup c'est autant de doutes qui m'"angoissent".

Tout ça pour dire que, ce noir que je broie cette semaine dans ma "cellule" hospitalière, c'est pour mieux rebondir dès Janvier.

Morceaux choisis des ces si belles paroles :

Le temps est à l'orage, aux autres le ciel bleu.
Aux autres le beau mirage,
Temps Plus Vieux

Comme elle est courte la vie devant.
Nous l'aimerons, si seulement nous avions su avant, oui avant.
Que le temps soit à l'orage, aux autres le ciel bleu
Aux autres le grand voyage.
Temps plus vieux

Il faut se rendre à l'évidence
Mon coeur ce bel aventurier, bientôt va me lâcher, me lâcher
Qu'il m'accorde une dernière chance, sur ta bouche un dernier baiser
Avant de s'essouffler, s'il pouvait me laisser,
Souffler sur les nuages, que je vois le ciel bleu.
Et prier le beau mirage, encore un peu.

Le temps de plier bagages,
Adieu mon ange Adieu,
Nous sommes là de passage
Temps plus vieux.


Si mon coeur s'essouffle, ça sera fin 2014 pour à nouveau battre comme jamais en 2015 ! Et vous en serez tous témoins je le souhaite !

dimanche 5 octobre 2014

Et ça cogne...

Alors c'est comme pour tout, on commence doucement, puis on va plus fort, puis ça cogne.
Oh ben tiens ben une chimio c'est tout pareil !

Pour la faire court, la première cure, bon elle a duré une vingtaine d'heures donc ça va... On a vu pire, même avec la petite ponction lombaire qui va bien. Limite on en sort comme en y étant entré (oui par la porte).

La seconde cure là c'était plus dur. Surtout beaucoup plus long. J'ai découvert le fait d'être hospitalisé pendant 8 jours consécutifs et de ne pas pouvoir dormir normalement pendant ces 8 jours. Dur !

Et il y a eu l'inter cure.

C'est là où j'ai compris l'importance de la maladie.
Car bien sûr il y a les dizaines de litres de produits que je me fait injecter en intraveineuse à l'hosto. Oui il y a aussi les comprimés à prendre tous les jours aux repas ou si douleurs.
On n'oublie pas les injections de globules blancs pendant 5 jours après la chimio car je suis tout bonnement en aplasie ( = zéro défense immunitaire... Ou comment risquer de mourir d'une angine).
Mais il y a la fatigue. Et bim !
J'ai réussi globalement à échapper aux douleurs physiques. Mais la fatigue, ça ça tue. On ne peut rien y faire... Si, aller se pieuter.

Un malheur n'arrivant jamais seul, l'été s'est pointé en Septembre (comme toujours de toute façon) donc du coup, être chez soi par 28-30° tous les jours, ben on sue, on se repose mal, et on morfle.

En même temps, ça se saurait si c'était simple. Je suis là comme un gland à enfoncer des portes grandes ouvertes en disant que c'est pas facile de soigner un cancer. Oui tout le monde le sait, mais on s'en rend d'autant plus compte quand ça vous arrive.

Bref, je reprends mes jérémiades...

Car il y a eu le plus beau.
J'ai eu la chance que le protocole soit organisé de manière à ce que mon anniversaire (Et celui de Roseline ! Bien sûr que je n'oublie pas enfin ! Bon ok j'ai oublié le message mais j'y ai pensé promis :)) tombe pendant mon repos à domicile.
J'ai eu la joie immense d'avoir des merveilleux amis qui ont pu me faire la surprise de venir à Lyon pour être près de moi.

Mais un peu comme la pub Tampax (ou Vania ou autre), la vieille qui arrive en pleine soirée avec son cadeau mensuel pour te pourrir la vie, ben, il faudra vivre avec, et je m'en rappellerai toute ma vie mais, le jour de mes 29 ans, j'ai commencé à perdre mes cheveux.

Dès le matin même. Sympa.

Du coup mon cadeau que je me suis fait pour mes 29 ans, une casquette ! C'est parti.

C'est parti pour 2-3 mois à me rendre compte en permanence que je suis malade.
Car déjà dans la tête, le soir je me couche, je pense Cancer, je me lève, je pense Cancer, j'ai un pe mal quelque part, bim, j'y repense.
Eh bien là, le bonus, c'est que même si je me sens bien, le simple fait de croiser un miroir, le reflet de mon portable un peu sombre ou de l'ordi va me rappeler que non, je ne vais pas si bien que ça.

Alors, oui, je sais, ce n'est que passager.
Je sais que les médecins me répètent que le combat est quasi déjà gagné et que maintenant il "suffit" de nettoyer le tout pour éviter que ça revienne.
Je sais que les cheveux ça va revenir.
Je sais aussi depuis cette semaine que la boule à Z, ben finalement, c'est pas que ça me va bien, mais franchement c'est pas si dégueulasse que ça ! Et même pas choquant vu que j'ai encore mes sourcils.

On m'avait prévenu, la troisième cure allait être plus dure, et plus démoralisante.
Je suis en train de la terminer, et je confirme.
Depuis Jeudi je n'en peux plus... J'attends lundi après-midi avec une grande grande impatience. Même si je sais que ça va être une semaine pendant laquelle je serai une vraie larve, ça sera toujours mieux !

Prochain article très très bientôt c'est promis (je le commence sitôt celui ci publié :))
Merci pour vos commentaires et vos encouragements, ça me fait du bien ! Vraiment :)

lundi 8 septembre 2014

En fait, c'est là où ça va être plus fort !

Bon, là ils font moins dans le détail.
Ils restent toujours bien courtois, ils sont même en fait carrément hyper sympa. Nan sérieux, le staff du centre est aux petits soins et vraiment disponible et c'est hyper présent.

Mais là c'est clairement "bon allez, c'est parti, dès cette semaines vous en chiez" !

Bon ben on y va hein !


Alors le programme des réjouissances, ben ça y est je suis sous perf jusqu'à Dimanche voire Lundi.
Les nausées, je devrais commencer à en avoir. Même si c'est possible que non, là, il y aurait quand même plus de risques.
Je vais être claqué. No way ?
Et je serai en hyper hydratation ! Alors ça veut dire quoi ? Je vais être perfusé et recevoir en permanence du liquide dans le corps en assez grosse quantité pour checker les reins. Donc forcément ben faut évacuer... Donc pendant 6-7 jours je vais aller aux toilettes toutes les 2h quoi... You-Pi ! "Si vous avez la flemme de vous lever, on peut aussi vous poser une sonde si vous préférez". Oh ben, non sans façon, ça ira en fait ! Merci bieeeeeeen !

A part ça, tout va toujours bien niveau analyses et comportement du corps ! Mais je suis pas malade en fait hein dites hein dites ? Tout va bien et ma boule s'est quasiment barrée ! Allez, dites moi que c'est une blague ! Une très mauvaise blague ! Je suis filmé c'est ça ? :(

Sinon, vu la nature de mes cheveux et leur santé, leur vigueur, même si, oui, je vais les perdre, ça ne devrait être qu'autour de la troisième cure ! Peut-être même qu'après ! Donc une chose de quasi sûre, mon anniv, c'est chevelu que je vais le passer ! Donc bueno. Pour le reste, ben on verra, mais Octobre va être moins funky...
Pour la repousse, je commande une chevelure quasi identique, nuque un peu moins basse, le cheveux raide avec une très légère tendance plus souple et niveau couleur un ton plus clair. C'est bon c'est noté ?

Vite l'hiver, il me faudra un bonnet !

#fucklaboule


lundi 1 septembre 2014

Attention, ça va être plus fort.

La bande son de l'article : (rassurez-vous, elle ne chante quasiment pas dessus)




Alors ben c'est parti !
A l'heure ou je vous écris, un "gentil" petit liquide passe en moi via un tuyau long de 6 mètres...
Alors gentil car il va juste tuer mon lymphome et s'occuper que ça ne revienne plus ailleurs.
Mais avec des guillemets car il risque de me fatiguer et de m'imposer des économies de shampoing et de gel pendant 2-3 mois... Vivement Noël tiens !

Aors quelques petites news.
La semaine dernière fut rude. Des tonnes d'exams, examens sanguins, tests cardiaques, scanner, Petscan, pose de la voie centrale (tuyau de 40cm qui part de mon bras jusqu'au ventricule cardiaque -yiiihaaaaa-), carottage de moelle osseuse etc.

Le plus dur fut vendredi avec la pose de la voie centrale, une radio et le rendez-vous de fin de marathon avec ma cardiologue. Gros moment de stress car c'est là qu'elle m'annonce comment s'est comporté cette saloperie. Est-ce qu'il y a propagation ? Metastases ? Et aussi les bilans sanguin et cardiaque. Est-ce qu'il y a d'autres infections ?

Eh bien non ! Tout semble aller pour le mieux ! Tumeur unique et donc localisée, sang parfait, coeur en forme. Donc nickel. Juste cette boule à détruire. Énorme soulagement.
Et là elle enchaine directement :
- "J'ai donc un marché à vous proposer, c'est de rentrer en traitement dès cet après midi"
Et là j'ai craqué.
Avec celles qui étaient arrivées quelques 30 minutes avant, les larmes coulaient à flot.
Je n'ai pas pu.
Pas prêt.
Il me fallait ce dernier week-end "sain".
Trop dur, j'ai refusé, elle a un peu insisté mais au bout de deux minutes elle a appelé sa secrétaire :
-"Oui Babeth ? Bon heuuu on peu gérer quand même une entrée lundi ? Nan je sais que je dois négocier mais là je suis en train de perdre la négociation".

Merci, j'ai pu avoir mon dernier weekend.
De la très bonne compagnie, du beau temps, de beaux endroits, de longues marches, un bon bol d'air et d'énergie. C'est ce qu'il me fallait pour être ce soir, assis dans ma chambre d'hôpital à recevoir goute par goute cette chimio.

Pour l'instant le moral est bon, je suis prêt.
Merci infiniment à vous d'être là pour moi. Vous n'avez pas idée à quel point ça me touche

Vos yeux, vos mains, vos voix, toujours, ça reste là.

mardi 26 août 2014

Une véritable épreuve, une véritable étape

Il en fallait bien un, ben pas d'bol c'est sur bibi.

J'ai toujours su, pensé, imaginé, craint que j'allais avoir dans ma vie une épreuve.
Je me suis toujours dit que quelque chose allait se dresser en travers de mon chemin.
Je me suis bien  souvent dit que je n'allais pas atteindre un âge très élevé.

C'est peut-être stupide mais c'est comme ça.

Je suis un éternel positif. Même s'il n'y a qu'une seule goutte d'eau, le verre me semble à moitié plein.
A quelque chose malheur est bon. La roue tourne...

Bref après quelques mois d'errements à Compi j'ai trouvé un super job sur Lyon. Bonne activité, une ouverture sur le monde, un bon salaire. Parfait !
Bon au bout de 10 jours je me ruine le coccyx en Velov'... Allez pas grave.
Bon au bout de quelques mois ma voiture est enlevée et mise à la fourrière... Allez, j'aurais découvert un nouvel arrondissement de Lyon pour aller la récupérer (et perdre 146€)
Cette même voiture se fait défoncer rétro, vitres et carrosserie un matin... Ok, ça me permet de m'en "séparer" et de faire des économies.
 La valise, perdue par British Airways...

Bref, quand on y pense ce ne sont que de petits tracas face à un ganglion.

Oui fin juin, la petite grosseur sous la mâchoire. Fait ch*er, j'ai pris un coup de froid avec la clim... Bon tant pis.
Au bout de 8 jours ça passe pas et ça grossit... Et ça grossit.
4 consultations chez la généraliste, 1 échographie avec biopsie, une analyse de sang, 2 rendez-vous chez des chirurgiens, 1 chez l'anesthésiste et 1 passage sur le billard en anesthésie générale...
Tout ça pour quoi ?
Pour le gros lot.

Un lymphome. Une saloperie qui de l'aveu de la cancérologue ce soir arrive sans aucune cause. Pas de facteur héréditaire pas d'infection... C'est comme ça, c'est pas d'bol.

Alors on fait quoi maintenant ?

Ben ce que tout le monde redoute dans ces cas là. Je pars quasi immédiatement pour 3 mois et demi de chimio. Le bonheur dans mon malheur ? Ben je vais en avoir une bien hard mais courte...
Donc 5 sessions de 5 à 6 jours d'hospitalisation chacune entrecoupées de 2 semaines de "repos" à l'appart...
Et j'ai déjà un pied dedans ! Ce soir j'ai déjà commencé les premières analyses et prélèvements.

Le plus funky ? Oh ben le carrotage de moelle osseuse dans le bas du dos. Le pur moment de bonheur !

Bref. Ça va être dur, très dur. Je vais être un peu égoïste pendant les 5 prochains mois.
Mais je vais surtout avoir besoin de vous.
Je serai cloué à Lyon au moins jusqu'à la fin Novembre. Peu de chances que je puisse prendre le large ne serait-ce que vers Paris, mais on verra bien comment je supporte tout ça.

Je tiens bien sûr à vous rassurer, selon la dame on a d'excellents résultats avec ce traitement donc, normalement en février 2015, quand je reprendrai le boulot, ça ne sera qu'un mauvais souvenir !

Allez, on sourit, on bombe le torse, on garde la tête haute, on passe une dernière fois la main dans ses cheveux et on avance.

A très vite tous !
Et fuck la boule !