mardi 26 août 2014

Une véritable épreuve, une véritable étape

Il en fallait bien un, ben pas d'bol c'est sur bibi.

J'ai toujours su, pensé, imaginé, craint que j'allais avoir dans ma vie une épreuve.
Je me suis toujours dit que quelque chose allait se dresser en travers de mon chemin.
Je me suis bien  souvent dit que je n'allais pas atteindre un âge très élevé.

C'est peut-être stupide mais c'est comme ça.

Je suis un éternel positif. Même s'il n'y a qu'une seule goutte d'eau, le verre me semble à moitié plein.
A quelque chose malheur est bon. La roue tourne...

Bref après quelques mois d'errements à Compi j'ai trouvé un super job sur Lyon. Bonne activité, une ouverture sur le monde, un bon salaire. Parfait !
Bon au bout de 10 jours je me ruine le coccyx en Velov'... Allez pas grave.
Bon au bout de quelques mois ma voiture est enlevée et mise à la fourrière... Allez, j'aurais découvert un nouvel arrondissement de Lyon pour aller la récupérer (et perdre 146€)
Cette même voiture se fait défoncer rétro, vitres et carrosserie un matin... Ok, ça me permet de m'en "séparer" et de faire des économies.
 La valise, perdue par British Airways...

Bref, quand on y pense ce ne sont que de petits tracas face à un ganglion.

Oui fin juin, la petite grosseur sous la mâchoire. Fait ch*er, j'ai pris un coup de froid avec la clim... Bon tant pis.
Au bout de 8 jours ça passe pas et ça grossit... Et ça grossit.
4 consultations chez la généraliste, 1 échographie avec biopsie, une analyse de sang, 2 rendez-vous chez des chirurgiens, 1 chez l'anesthésiste et 1 passage sur le billard en anesthésie générale...
Tout ça pour quoi ?
Pour le gros lot.

Un lymphome. Une saloperie qui de l'aveu de la cancérologue ce soir arrive sans aucune cause. Pas de facteur héréditaire pas d'infection... C'est comme ça, c'est pas d'bol.

Alors on fait quoi maintenant ?

Ben ce que tout le monde redoute dans ces cas là. Je pars quasi immédiatement pour 3 mois et demi de chimio. Le bonheur dans mon malheur ? Ben je vais en avoir une bien hard mais courte...
Donc 5 sessions de 5 à 6 jours d'hospitalisation chacune entrecoupées de 2 semaines de "repos" à l'appart...
Et j'ai déjà un pied dedans ! Ce soir j'ai déjà commencé les premières analyses et prélèvements.

Le plus funky ? Oh ben le carrotage de moelle osseuse dans le bas du dos. Le pur moment de bonheur !

Bref. Ça va être dur, très dur. Je vais être un peu égoïste pendant les 5 prochains mois.
Mais je vais surtout avoir besoin de vous.
Je serai cloué à Lyon au moins jusqu'à la fin Novembre. Peu de chances que je puisse prendre le large ne serait-ce que vers Paris, mais on verra bien comment je supporte tout ça.

Je tiens bien sûr à vous rassurer, selon la dame on a d'excellents résultats avec ce traitement donc, normalement en février 2015, quand je reprendrai le boulot, ça ne sera qu'un mauvais souvenir !

Allez, on sourit, on bombe le torse, on garde la tête haute, on passe une dernière fois la main dans ses cheveux et on avance.

A très vite tous !
Et fuck la boule !

dimanche 26 janvier 2014

Mais finalement, pourquoi il a des chances que je me plaise bien à Lyon...

Déjà parce que, je commence à me connaitre !
Ça fait déjà 28 ans que je vis avec moi donc je sais comment je réagis. D'abord à l'emporte pièce, parce que je ne suis pas patient. Et ensuite, parce que je n'ai pas le choix, ben je patiente quand même et je m'acclimate.

C'est un fait, beaucoup de gens ont du mal avec le changement, la nouveauté. Une partie de moi doit être membre de ce club.
J'adore la nouveauté, j'adore la découverte. Mais j'avoue aussi aimer mon petit confort et mes habitudes.
Alors non je ne suis pas en train de regretter la période pendant laquelle j'étais au chômage non bien entendu. Même si naturellement, le bonheur de ne pas avoir à mettre un réveil le matin, pouvoir se coucher à pas d'heure, pouvoir se balader comme on veut, regarder Motus, ben il faut reconnaitre que ça a son petit charme également.

Non ce que je veux dire c'est que là j'arrive dans une toute nouvelle ville. Que même si je la connais déjà pas mal il faut que je me fasse des repères, des habitudes.

Mais tout ça c'est déjà en marche !
Depuis 2 semaines j'ai mon pass TCL pour les transports. Ok je suis vraiment déçu qu'il n'y ait pas écrit NAVIGO dessus mais tant pis. Donc je prends mon métro (que je trouve moche), mon tram (que je trouve lent). Je commence à avoir mes petites habitudes dans un U Express (situé à 15 minutes de marche alors qu'à 45 secondes j'ai un Casino Shop, mais whatever...) et grâce à Ophélie je commence à me familiariser avec des bars et restos.

Petit à petit, l'oiseau fait son nid.

Tiens le nid, parlons-en. J'espère être fixé cette semaine sur l'appart que je convoite. Dossier déposé Jeudi dernier, demain lundi je les recontacte pour tenter d'appuyer ma cause.
Car vraiment, je pense que c'est ça qui me manque le plus pour enfin me sentir "à la maison".

Enfin un chez-moi à moi :) Malgré tous les bénéfices de la coloc (présence, loyer moins élevé...) je suis plus qu'impatient d'avoir mon appart à ma sauce. Ma déco, ma disposition, mes règles du jeu.

Une fois que ça ça sera réglé, le printemps ne sera qu'a 4-5 semaines de nous envahir et ainsi me donner envie de flâner et continuer à découvrir cette ville, ma ville.

RDV est pris dans 6 mois pour un premier bilan :) Can't wait !

lundi 13 janvier 2014

Paris me manque !

Alors, oui. Je sais. Je n'habitais pas Paris.
Oui, j'habitais Compiègne.
Il n'empêche, c'était "pas loin".

Alors, oui. Je sais. J'habite Lyon.
Oui, c'est une grande ville sympa.
Il n'empêche, c'est "loin de Paris".


Mais qu'est ce qu'il lui prend à lui ? Ça y est il va encore nous ressortir qu'il est né dans le XVe et que du coup c'est un vrai Parigo déraciné ?

Ben même pas ! Enfin, pas complètement quoi. :)
Ma passion pour Paris ? Merci Maman, merci Papa. 15 ans sur place pour la première, une dizaine pour le second. Et tous les deux des convaincus, surtout la première.
Quand j'étais jeune et que l'on habitait Sainte Luce, c'était l'évènement une à deux fois par an quand on montait dans l'Oise rendre visite à la famille, de "traverser" Paris. Rien que l'arrivée sur le Périph' et la vision de la tour Eiffel qui à l'époque ne scintillait pas et n'avait pas le rayon lumineux façon phare, me remplissait de joie car bien sûr je gagnais toujours au concours de celui qui l'apercevait en premier (je gagnais aussi pour celui qui voyait en premier la tour de la caserne de pompiers en arrivant tous les étés à Saint Gilles Croix De Vie mais c'est une autre histoire, et une autre échelle de comparaison...).

L'odeur du métro c'est ma mère qui m'a appris à l'aimer. La conduite à la parisienne que j'affectionne tant c'est grâce à mon père et à la gestion du "réflexe".
Beaucoup de choses viennent de mes parents, de leurs histoires, de notre histoire.

Mais il y a aussi une bonne grosse part de mon amour pour la Capitale qui ne dépend que de moi. Car en un peu plus de deux mois à moins d'une heure de Paris (bon ok 2h le lundi aux heures de sorties de bureau) je ne manquait pas une occasion d'y aller. Mieux je m'en créais tout seul.

Le plaisir de voir le panneau Paris. Le plaisir de rejoindre le périph' qui ne m'a que finalement rarement réellement emmerdé (Comparé à la portion d'A1 entre Le Bourget et ce fameux boulevard périphérique). Le plaisir d'être en réelle chasse au trésor. La quête du saint graal. La pépite : la place de stationnement. Et en mode The Ultimate Boss From Ze Final Level : en voiture break !


Bref, tout ce que tout le monde déteste et qui m'a quand même cassé les pieds par moment, ben je ne connaissais pas mon bonheur de le vivre. :)

Oui j'aime Paris, l'architecture, les transports partout, l'offre de loisirs, de sorties. Mes amis partout intramuros ou en "banlieue".

Mais pourquoi ça lui prend maintenant ?

Car je me suis aperçu d'un truc depuis 3-4 semaines...
Tous les reportages ou presque à la TV se déroulent à Paris ou en Ile De France.
Et énormément de plans me font reconnaitre des endroits.
Tout ça, c'est pas nouveau. Sauf que quand tu y vis ou que tu n'es pas loin, tu n'y prêtes pas attention. C'est normal.
Mais quand tu en es "privé" (ça va il se lâche pas trop niveau exagération le mec) ben ça créée le manque.

Oh que oui Lyon est une belle ville. Oh que oui le climat y est plus sympa. Oui mon boulot est très intéressant avec une ambiance au top. Oui je vais très certainement m'y plaire.
Et soyons clairs, ça va faire comme pour Nantes. Dans quelques mois je serai tellement bien ici que ça ne sera pas si terrible que ça. Et je compte bien être un très bon commercial qui dégueule de commissions pour avoir plein de sous pour me faire un max de weekends sur la capitale :)



En gros, Oui Lyon c'est chouette.
Mais Non ce n'est pas Paris :)

mercredi 25 décembre 2013

New job, New city, New life...


Cela ne vous a pas échappé, ce blog est en grosse hibernation depuis de longs mois…
C'est un peu con car depuis quasiment tout ce temps là ben j'étais au chômage !

Aux portes de l'été, Uranie m'a claqué la porte à la gueule après 18 mois de CDD "Non on ne peut pas trop se permettre de te prendre en CDI et du coup on ne peut plus te reproposer de CDD"… Super ! Quelques semaines plus tard : "Tu veux bien revenir quelques semaines en intérim ?"… Mais bien sûr ! Au moment ou je lis ton message ma grande, je suis sur une plage à Malte en train de gérer un groupe d'ado juste adorables… Donc ben non je ne vais pas retourner dans ces bureaux où l'asphyxie est proche malgré mes excellents contacts avec mes clients.

Je ne reprends pas quelques semaines d'emploi et donc de salaire, je préfère rester au chômage.
Pas cool ? Profiteur ? Glandeur ? Non, enfin pas tant que ça.
Mais j'en ai sué chez Uranie avec une grosse pression donc je préfère est taxé de profiteur plutôt que de retourner m'enfermer la bas, même pour quelques semaines. Ça aurait prolongé mon chômage et augmenté la valeur de mes indemnités mais bon… J'ai déjà l'assurance d'être indemnisé jusqu'en Janvier 2015 (au secours, il me faudra un boulot avant sinon j'irai voir comment ça se passe dans le fond de l'Oise !)

Alors je continue à vadrouiller… Pendant environ 6 mois je me balade entre Paris, Nantes, Lyon, la côte Atlantique, Tours, la Picardie, la banlieue parisienne. Et je commence à vraiment découvrir et à vivre à Compiègne.
Bon sang que je l'ai critiqué cette ville alors qu'au final, quel bonheur de faire des km, même en tongs, sous le soleil et la chaleur de l'été dans ces petites rues pavées. Le plaisir d'aller s'étaler et faire bronzette sur la pelouse du somptueux parc du Château de Compiègne. Je découvre des lieux et je suis les (nombreux) projets de la ville (Construction d'un nouveau centre commercial tout beau en plein centre, reconversion commerciale d'un ancien cinéma, constructions de nouveaux magasins, rénovation des espaces etc.)(Oui je suis toujours passionné par l'urbanisme et l'aménagement de l'espace).
A mon anniversaire j'ai un vélo, idéal pour découvrir les bords de l'Oise aménagés.
Je commence à me sentir un peu compiegnois :)

Mi Novembre, las de regarder Motus à longueur de temps, je commence à postuler un peu plus partout, je ne me limite pas à l'Ile de France. Je commence à m'intéresser aussi à l'Oise, truc impensable 6 mois plus tôt. Et surtout je vise entre autres Lyon.
Une semaine je postule à 5-6 offres. En 3 jours, 4 entreprises reviennent positivement vers moi. 4 secteurs différents, 4 régions différentes :

  • Lyon
  • Montévrain (Marne La Vallée)
  • Laval
  • Orléans
Pour tous les lieux je dois être satisfait car tout est plus grand que Compiègne et son agglo. Et pour Montévrain, je me rapproche encore un peu plus de ma ville de coeur : Paris.

Sur les 4 : 3 entretiens téléphoniques, 2 entretiens Skype et 2 entretiens physique.
C'est bon pour Montévrain, sur une petite dizaine de candidats je fais partie des 3 derniers. Puis je suis choisi ! Mais salaire un peu faible et domaine de travail un peu particulier (Ça, à la limite hein…) j'attends donc une réponse de Lyon pour laquelle c'était très bien engagé.
En effet pour Lyon, entretien skype très positif, puis entretien en personne qui confirme la bonne impression. Avec 3-4 jours d'avance, j'apprends que je suis pris ! 120 CV > 9 candidats retenus > Moi ! Pour un salaire supérieur mais un champ d'action peut-être plus réduit et un domaine plus pointu.
Pour Laval, le processus était encore en cours et j'ai du décliner un 3ième entretien car j'avais déjà décidé d'accepter d'aller 10 jours plus tard travailler à Lyon !

C'est une vraie ville à 10-15 minutes de Compiègne ;)

Oui 10 jours, mais le temps de revenir sur Compiègne, il ne me restait au final que 5 jours pour dire aurevoir à "Sexy Compi" et tout chambouler à nouveau dans ma vie :)

Changer d'air ne me fait pas peur. J'ai déjà passé 6 mois en Australie, j'ai déménagé à près de 500km de Nantes pour venir travailler dans le 60, donc refaire près de 600km pour rejoindre la capitale des Gaules, pas de soucis ! Et au final, à 28ans, ça ne sera que mon 7ième logement. Pas non plus un record.
En plus, une Ophélie toute pimpante m'attend le dimanche soir pour m'accueillir dans son chez-elle avec ma commode et mes habits.

Nouvelle ville, nouvel environnement, nouvelle population. Les Lyonnais, d'une froideur assez prononcée. Plus que les parisiens (sauf les néo-parisiens, prêts à tout pour être dédaigneux sous prétexte qu'étant arrivés 3 ans plus tôt dans la capitale, ils ont décroché la vérité) mais là encore c'est une affaire d'intégration et je me fais suffisamment confiance pour me faire un petit cercle d'amis lyonnais en quelques mois. Y a pas de raisons ! Faisons mentir leur réputation. (Ne juste pas leur dire que je suis né à Paris et que finalement, je trouve que Saint-Etienne n'est pas une ville si moche que ça).

Mais revenons à Compi…
Je me contenterais de citer un film que pourtant je n'aime pas tant que ça :

Un étranger qui vient dans le Nord pleure deux fois, quand il arrive et quand il repart.

Au final pour Compi c'est pareil :)

Là suite, et quelques questionnements un peu plus tard, car ce n'est peut-être pas seulement Compi qui m'a fait pleurer...

mardi 19 novembre 2013

Zazie - Temps Plus Vieux

Oui, parce que bon… Nan vraiment, ce clip est aussi bon que la chanson ! Vraiment !
Ça va chouriner sur le Cyclo Tour ;)